Imprimer la page

2009-2010

Introduction

Depuis plusieurs années, le Conseil d'Arrondissement de l'Aide à la Jeunesse de Verviers s’interroge sur une nouvelle articulation de ses missions.

Dans une première phase qui s’achève, il s’est penché sur les concepts de

-          parole des jeunes

-          décloisonnement et synergie entre secteurs

-          approche globale

-          nécessité d’un observatoire permanent

-          intérêt d’un laboratoire de pratiques novatrices 

Pour donner corps à une nouvelle politique générale à l’égard de l’enfance et de la jeunesse, dans laquelle s’inscrit la notion de prévention générale telle qu’adoptée par le secteur, apparaît progressivement l’urgence d’une nouvelle architecture qui puisse donner corps à cette approche. 

Comment avancer ? 

Dans sa circulaire relative à la prévention générale 2009, Madame la Ministre s’exprime ainsi :

« Plus encore que les années précédentes, je veux que notre secteur assume son rôle d'expertise et d'observateur privilégié afin d'éclairer et d'orienter les politiques de prévention générale sectorielles et intersectorielles. Ce rôle doit trouver sa traduction dans le rapport d'activités de chaque CAAJ. » 

Dans son plan d’action 2008, notre Conseil d'Arrondissement de l'Aide à la Jeunesse annonçait ses volontés suivantes :

-          Poursuivre et approfondir la démarche "Collecte de la parole des jeunes"

-          Promouvoir toutes les initiatives d'apprentissage et d'expérimentation du dialogue et de l'écoute entre générations

-          Travailler au décloisonnement entre acteurs de l'éducation et à la récolte d'informations utiles à alimenter le programme

-          Poursuivre et approfondir la démarche des AMO's 

Parmi les problématiques identifiées, comment avons-nous avancé sur la question du décloisonnement ? 

Nous retenons ici un exemple de nature à éclairer notre démarche. 

Le décloisonnement implique par exemple de laisser exprimer, par sept secteurs (ONE, enseignement, CPMS, santé mentale, AWIPH, AJ, justice) l’état des lieux qu’ils font de leur action devant les parlementaires de l’arrondissement. 

De cette assemblée (Annexe 1) pourraient être retirées des thématiques à travailler ensemble (22 principales) et des actions qui pourraient être menées (10, cette fois) par les parlementaires dans le cadre de leurs missions. 

Lors de la prochaine rencontre entre cet ensemble de personnes, un choix restreint d’actions sera établi et intégré dans le programme d’action 2009 du Conseil et dans l’agenda des parlementaires de l’arrondissement pour ce qui est de leurs missions.

Le conseil fonctionne ainsi avec les élus locaux (la démarche est lancée), les travailleurs du secteur de l’AJ, tous les partenaires travaillant avec des enfants et des jeunes qui en manifesteront l’intérêt et les AMO’s comme acteurs  privilégiés des programmes spécifiques au secteur.

A terme, lorsque cette architecture sera bien identifiée par tous les secteurs de l’arrondissement et que le fonctionnement annuel sera bien inscrit dans le calendrier de chacun, nous pourrons parler d’un véritable plan d’action d’arrondissement. 

Cette année, le projet de prévention générale déposé et initié par le Conseil est plus que jamais pensé comme outil renforçant l’architecture et la méthodologie permettant d’identifier les problèmes et de concerter les politiques à développer sur le terrain.

Plus que jamais donc, notre plan d’action – de plus en plus permanent – s’installe et les moyens octroyés dans le cadre du projet de prévention générale serviront à alimenter la réflexion et l’action commune. 

Identification des problématiques rencontrées

1.1.   Votre dernier rapport d'activités contient en son point 48 « les conclusions à propos des problématiques et besoins de l'arrondissement. Quelles sont-elles? » 

- volonté du Conseil de disposer d’un observatoire permettant d’établir un diagnostic permanent de la situation des jeunes

- volonté du Conseil de disposer d’un outil d’expérimentation et d’évaluation de méthodes d’intervention auprès des jeunes permettant de générer une créativité et une interactivité entre toutes sortes de partenaires concernés par le développement des jeunes

- positionner le secteur de l’aide spécialisée au cœur du partenariat

- poursuivre et amplifier la démarche d’analyse de la parole des jeunes

- poursuivre un travail de décloisonnement

 

Notre prochain rapport (rapport d’activités 2008) évoquera en son point 48 : 

- la nécessité de se doter d’un observatoire permanent des réalités vécues par les jeunes, des pratiques et des modes d’interventions développés par tout type d’acteurs (communes, écoles, services…)

(Annexe 2 – Bref état des lieux du travail actuel) 

- la nécessité de se doter d’un laboratoire permanent qui

a.      du fait de l’action du Conseil à travers son projet de prévention générale,

b.      du fait d’un cercle de partenaires intéressés (actuellement : Commune de Dolhain et CAP AMO, Athénée Royal de Welkenraedt, Commune de Thimister, Patro de Malmedy)

c.      du fait de partenaires chargés plus spécifiquement par le Conseil de vérifier et d’expertiser, dans le cadre d’activités librement choisies, certaines infos et résultats d’enquêtes ou d’analyses auprès des jeunes,

mutualise des pratiques novatrices touchant aux six champs d’action prévus par l’arrêté du 15 juin 2004.

(Annexe 3 – Bref état des lieux du travail actuel) 

- la nécessité de se doter d’une nouvelle architecture institutionnelle.  Celle-ci doit permettre à tous (après trois ou quatre années de fonctionnement) de penser collectivement et collégialement de nouvelles politiques pour l’arrondissement et de créer davantage de décloisonnement, de mutualisation, de collaboration et de clarté en vue d’une meilleure efficacité de tous les intervenants.  (par exemple, nos démarches de coordination entre trois communes du Nord de l’arrondissement en vue d’y créer une AMO)

1.2.   Sur base du travail des commissions ou de l'apparition de nouveaux phénomènes qui touchent les jeunes, avez-vous entre temps identifié d'autres problématiques ? 

Tant le travail du Conseil que celui de la Commission de prévention générale et celui des assemblées tenues avec les parlementaires, les élus locaux ou les directeurs de services ont fait remonter à la surface une longue liste de situations, de problèmes, évoqués par les uns et les autres. 

A titre d’exemple, voici ce qui est ressorti de la première assemblée « parlementaires et secteurs d’intervention »  

Thématiques et problématiques évoquées

Difficultés liées aux aspects légaux, administratifs  et aux limites l’intervention entre acteurs

1

Insuffisance de la préparation des enseignants aux aspects éducatifs de leur mission par rapport aux aspects « acquisition de compétences ».

1

Formation des enseignants à la partie « éducation «  de leur mission

2

Enseignants peu formés et dépassés par rapport au phénomène de décrochage scolaire progressif.

 

 

3

Augmentation des assuétudes, en particulier l’alcool

 

 

4

Refonte du 1er degré, menace d’aggravation de décrochage

2

Mesurer l’impact social et sociétal de la refonte du 1er degré du secondaire

5

Multiculturalité, difficulté de contact et de collaboration avec les familles

 

 

6

Familles sans papiers, sans revenus, familles à la dérive

3

Action politique sur la question des « sans papiers »

7

Réinvestir dans le champ d’intervention de l’école, remédiation précoce.

 

 

 

 

4

Revoir la règlementation sur la limite d’âge à 21 ans pour les jeunes  porteurs de handicaps

8

Urgence d’augmenter la coordination et la transversalité

 

 

9

Déficit des moyens de prise en charge et d’hébergement

 

 

10

Aggravation et complexification des situations de vie rencontrées

 

 

11

Protéger l’enfant loin de son milieu ; aussi dangereux pour lui et, parfois,  pour l’institution qui l’héberge et les autres jeunes qui y résident

 

 

12

Jeu de ping-pong entre institutions

5

Clarifier les missions, les mandats et le financement entre les secteurs

13

Intensification des symptômes, amoindrissement de l’autocontrôle, affaiblissement des lieux structurants

 

 

14

Familles lourdement en désarroi

 

 

15

Soutien des familles dès l’hôpital en cas de handicap

6

Clivage des financements et difficultés liées au spliting des compétences de l’état fédéral

 

 

7

Incohérences règlementaires,  méconnaissance  et sous emploi des services en amont

 

 

8

Différences difficiles à comprendre entre les normes AJ  et AWIPH

16

Familles sans réseau social

 

 

17

Communes sous-couvertes

 

 

18

Complexification des demandes

9

Simplification administrative et meilleure visibilité des structures

19

Mineurs non accompagnés, dans la rue

 

 

20

Créer des lieux d’arbitrage entre services

10

Demande faite au parquet d’arbitrages entre services et fonctions

21

Augmentation des dérapages familiaux (achat moto, nouvelles technologies…)

 

 

22

S’interroger ensemble sur

-          Les notions d’urgence, attente, stress (détresse, stress et déstresse)

-          Les rapports entre sentiment d’impuissance et non responsabilité

-          Les enfants « savonnette »

 La démarche d’intégration des élus locaux est en cours.  En annexe (annexe 4), on trouvera la présentation que nous leur avons soumise de notre démarche (50 élus pour 20 communes, toutes représentées) et les premières réponses d’adhésion financière des communes. 

Le Conseil compte, en 2009,

- aboutir à la remontée des attentes et problèmes rencontrés par les communes et CPAS

- initier la même démarche avec un certain nombre de partenaires actifs en milieu jeunes

- reprendre la même démarche avec les travailleurs du secteur AJ afin de mettre des mots sur les situations et problèmes rencontrés, les lister et choisir quelques questions à travailler en secteur ou à intégrer dans le plan d’action du Conseil. 

Choix des problématiques

1.3.   Sur base des éléments déterminés au point 1.1, ou à défaut au point 1.2, quelles sont les problématiques que vous comptez rencontrer en priorité cette année dans votre plan d'actions ? 

Il ressort de tout ce qui s’est dit cette année au cours de nos travaux que la question de la saturation des services (tous secteurs confondus), la question du renvoi de la « patate chaude », du désarroi et de manque de formation, du « stress, déstress et détresse » évoqué par le juge LECARME sont des questionnements cruciaux. 

Aussi, le Conseil mettra l’accent cette année sur la construction d’une architecture nouvelle, pensée de manière participative et concrète entre les différents secteurs actifs auprès des enfants et des jeunes. 

Opérationalisation et opérateurs

1.4.   Pour chaque problématique, détailler les objectifs qui sont poursuivis par le plan d'actions pour y répondre ? 

1.4.1.      Le plan d’action est soutenu par un calendrier annuel de mise en œuvre (Annexe 9).  Attention, nous ne prétendons pas que celui-ci ne va pas bouger.  L’ambition du Conseil est telle que des ajustements devront avoir lieu durant plusieurs années jusqu’à ce qu’il donne satisfaction. 

1.4.2.      Opérateurs présents et missions attendues

a.      Commission de prévention générale

Composée de Jean-Michel LEX (Président du C.A.A.J./Tiers « Experts », Christine HAUGLUSTAINE (C.A.A.J./secteur culture), Isabel MELERO (C.A.A.J./Centre de jeunes), Marion DELVOYE et Eric WILLEMS (C.A.A.J./PMS), Christian DEFAYS (C.A.A.J./SPEP), Alain MOREAU (Vice-Président du C.A.A.J./AMO), Luc MEDARD (C.A.A.J./AMO), Jacques JAGERS (C.A.A.J./CPAS), David CORNET (AMO), Elisabeth FETTWEIS , André GERARD et Marc ANTOINE (Section de Prévention générale), elle devra être élargie en 2009 au vu de l’importance prise par ce travail, qui consiste essentiellement à piloter le développement de l’observatoire et du laboratoire de pratiques novatrices.

b.      Assemblée des élus locaux

Convoquée une ou deux fois par an.  Sur base de la rencontre de décembre 2008 (Annexe 4), nous nous fixons comme objectifs en 2009 avec ce groupe d’acteurs :

- Une première présentation du rapport de la Commission de prévention générale (Laboratoire et observatoire)

- Une première présentation de la publication annuelle reprenant des éléments du travail effectué par chaque opérateur (ou groupe d’opérateurs)

- Un premier exercice de formulation des problèmes locaux et leur intégration dans le plan d’action (pour 2010) avec l’opérateur « élus locaux »

c.      Assemblée des travailleurs du secteur

Une première réunion de ce type avait eu lieu en 2006 avec les directions.  Elle avait, elle aussi, exprimé l’intérêt de créer un espace d’échanges.  Nous reprenons la même démarche qu’avec les autres opérateurs, en veillant à y intégrer l’ensemble des travailleurs des services, à savoir

- une assemblée d’expression des réalités vécues

- le choix de thèmes de travail

- le choix de questions à proposer au plan d’action commun.

d.      Partenaires hors secteur

Depuis plusieurs années, nous tentons ce décloisonnement (école, maison de jeunes, initiative locale, mouvement…)

Quelques liaisons sont établies et alimentent (et permettent) le travail des employés chargés du « laboratoire » et de « l’observatoire ».  Notre souhait pour 2009 (et les années suivantes) est de tenter de faire remonter des pratiques innovantes menées dans ces lieux choisis.

e.      AMO’s

Le C.A.A.J. désire renforcer les liens structurels entre le plan d’action du Conseil et le travail des AMO’s.  Nous espérons en 2009 :

Identifier quelques actions à expérimenter par les AMO’s sur base des rapports (à venir, prévu pour avril) des deux employés (observatoire et laboratoire)

f.        Opération unique : Etude par la Délégation générale aux Droits de l'Enfant « Incidences et conséquences de la pauvreté sur les enfants, les jeunes et leurs familles ».  Retenu parmi cinq arrondissements présélectionnés pour leur représentativité, notre arrondissement s’inscrit entièrement dans la proposition du Délégué général aux Droits de l'Enfant.  Nous  estimons que cet apport est de nature à renforcer notre approche globale.  Aussi, nous serons attentifs à retirer de cette expérience tous les éléments utiles à notre action.

g.      Le Conseil d'Arrondissement de l'Aide à la Jeunesse, opérateur-coordonateur.

Une brochure annuelle faisant état de l’apport de chaque groupe d’opérateurs dans le plan d’action.  Cette brochure présentera en outre le plan d’action global et les priorités communes.

1.5.   Pour chaque objectif, veuillez expliciter quels sont les moyens et les opérateurs qu'implique la mise en œuvre de votre plan d'actions?

 Moyens : 

Objectif 1 : observatoire 

-          Exploitation de la première phase (2008) de sa création

-          Extension de l’observatoire à de nouvelles données (exploitation de statistiques du S.A.J., par exemple)

-          Moyens : Un emploi à mi-temps 

Objectif 2 : laboratoire 

-          Exploitation du travail d’expérimentation

-          Définition de nouvelles actions sur base du rapport (avril) de l’employé

-          Moyens : Un emploi à mi-temps

 

 

-          Présentation et diffusion des expériences menées dans ce cadre.

-          Moyens : allocation financière dans le cadre du projet de Prévention générale 2009 du C.A.A.J.

Objectif 3 : Nouvelle architecture d’arrondissement 

-          Mise en œuvre par l’organisation du travail avec chaque groupe  d’opérateur

-          Moyens : Action du Conseil d’arrondissement et budget du projet de Prévention générale 2009 du C.A.A.J. 

Rappel des groupes d’opérateurs : 

-          Le C.A.A.J. (opérateur-coordonnateur)

-          La Commission de Prévention générale (aspects « observatoire » et « laboratoire »)

-          Les élus locaux (expression des problématiques locales, expériences locales)

-          Les parlementaires de l’arrondissement (porte-paroles des secteurs  - choix de questions)

-          L’assemblée des travailleurs du secteur (choix de questions)

-          L’assemblée des partenaires hors secteur AJ (expériences, pratiques)

-          Les AMO’s (axes définis annuellement avec la Commission de Prévention générale et le C.A.A.J.)

-           Le projet de la Délégation générale aux Droits de l’Enfant. 

(Annexe 5 : schéma d’articulation) 

Récapitulatif des projets annexés

1.6.   Récapitulatif des titres des projets et promoteurs ci-annexés. 

Projet : « Mise en œuvre d’une nouvelle architecture d’arrondissement tout en assurant à l’ensemble des opérateurs une première livraison des « observatoire et laboratoire » lancés en 2008. »

  • Promoteur : Conseil d'Arrondissement de l'Aide à la Jeunesse.
    (Annexe 6) 

Projet : « Engagement du personnel nécessaire à la mise en œuvre du projet de Prévention générale 2009 du C.A.A.J. de Verviers « Mise en œuvre d’une nouvelle architecture d’arrondissement tout en assurant à l’ensemble des opérateurs une première livraison des « observatoire et laboratoire » lancés en 2008. »

  • Promoteur : Home Saint François.
    (Annexe 7) 

Projet : « Perspectives »

  • Promoteur : CAP-Verviers (AMO) - CAP-Sud (AMO) - Latitude J (AMO) - Oxyjeunes (AMO)
    (Annexe 8)

Liste complète des annexes

(cliquez pour télécharger)

Les documents sont au format pdf.  Téléchargez le programme gratuit Adobe® Reader® pour les ouvrir : Obtenir Adobe® Reader®

 

Plan d'actions 2009-2010

Annexe 01 – Rencontre intersectorielle – Parlementaires

Annexe 02 – Volet observatoire du Projet de Prévention Générale 2008

Annexe 03 – Volet pédagogique du Projet de Prévention Générale 2008

Annexe 04 – Diaporama de présentation pour la rencontre avec les élus locaux

Annexe 05 – Schéma du plan d’actions

Annexe 06 – Projet PG 2009 – C.A.A.J.

Annexe 07 – Projet PG 2009 – Home Saint François

Annexe 08 – Projet PG 2009 – Cap amo – Cap Sud amo – Oxyjeunes amo – Latitude J amo

Annexe 09 – Ligne du temps

Annexe 10 – Liste de thèmes à aborder

 

Identification de l'utilisateur

Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:
Identification

Pas d'article dans la liste.