Imprimer la page

Le plan d'action du CAAJ pour l'année 2012-2013

Le CAAJ de Namur vous présente son plan d'actions pour 2012-2013 et les cinq projets s'y rapportant :

  1.  « Parents et professionnels : éduquer ensemble, quels appuis méthodologiques aux professionnels » proposé par Imagin’AMO (deuxième phase d'un projet initié l'an passé).

    Confrontés à de nombreuses demandes de soutien à la parentalité, les promoteurs constatent que la complexité de ces demandes ne leur permet pas toujours de donner des réponses adéquates. D’autre part, lors de leurs rencontres avec d’autres acteurs sociaux présents sur leurs terrains d’interventions, il leur est apparu que ce constat était également partagé par ceux-ci.
    Ce projet vise à faciliter des réseaux de collaborations (intra et extra AAJ), de réflexions et de prise de recul sur la question du soutien à la parentalité aussi bien au niveau local qu’au niveau de l’arrondissement.
    Ces réseaux seront des lieux d’intervision, de partage d’outils et d’échange de pratiques. Ils viseront à ce que chacun puisse acquérir de nouveaux outils de travail ainsi qu’un référentiel commun réalisé à partir de la parole de jeunes et de leurs familles via les situations rencontrées par les participants au projet. Le promoteur vise à apporter un soutien méthodologique aux intervenants agissant sur la question de la parentalité.

  2. « Accrochage scolaire, estime de soi et construction des repères chez le jeune » porté par l'ASBL Arkitiss.

    Ce projet est global mais présente 4 variantes pour rencontrer plus spécifiquement les jeunes. Il consiste en un travail de groupe de 5 à 6 jeunes réunis autour de l’idée d’une réalisation collective d’un journal, roman photos, d’une représentation, permettant l’alternance de moments de débats sur le fond (repères violence et reconnaissance des autres dans le processus de restauration de l’estime de soi) en référence à un média roman ou film et la création d’un objet comme terme d’un processus d’apprentissage face aux difficultés et aux moyens pour les dépasser.

  3. « La prévention des Assuétudes, ce qu’en pensent les jeunes » mené par le Centre Local de Promotion de la Santé de Namur.

    Le promoteur entre dans la troisième année d’un projet initié en 2010.
    En 2010-2011, celui-ci a consisté en la mise en place d’un partenariat intersectoriel dans le cadre de la sous-commission assuétudes du CAAJ et instruction du projet. En 2011-2012, recueil de la parole des jeunes (focus groupes et prises de vue) a été crée. En 2012-2013, le promoteur va s’atteler à la synthèse et à l’analyse de la collecte d’informations, la rédaction, la validation et la conception des supports de diffusion, échanges et débats autour des supports produits.

  4. « Le bien être des jeunes à l’école : point de vue des élèves et des établissements scolaires » du service AMO "SDJ".

    Identification des dispositifs/initiatives mis en place par les établissements scolaires en matière de bien être des élèves à l’école. Croisement avec les avis des élèves récoltés dans le cadre de focus groupe. Le promoteur entame la deuxième année de la réalisation de son projet.

    Cliquez ici pour télécharger le rapport issu de cette réflexion ou rendez-vous dans la rubrique des documents disponibles.

  5. « Création d’un réseau des acteurs concernés par l’enfant exposé à une séparation parentale très conflictuelle », projet mené par le CAAJ lui-même.

    Ce projet a pour objectif d’organiser un lieu de rencontre et d’échanges sur la prise en compte des difficultés de l’enfant impliqués dans les conflits liés aux séparations parentales. Celui-ci réunira les professionnels directement concernés par cette problématique (juges de la jeunesse, juge des référés, substitut jeunesse, avocats jeunesse, expert auprès des tribunaux, espace-rencontre, médiateurs, SOS-Parenfant, service de santé mentale, centre de planning familial, AMO, SAJ et SPJ) et ce, à fréquence régulière et avec l’apport d’un animateur et d’un rapporteur.
    Les objectifs visés par ces rencontres sont d’améliorer les pratiques de chacun et la prise en charge collective de cette problématique dans l’intérêt de l’enfant. Ces échanges seront alimentés 3 ou 4 fois sur l’année par des apports extérieurs de type « conférences » ouvertes à un plus grand nombre.